La crainte d'un discours obscur, de procédures interminables, de tarifs élevés et peu lisibles, sont des raisons souvent exprimées par les personnes pour expliquer leurs réticences à consulter un avocat lorsqu'elles sont confrontées à des choix personnels, professionnels ou financiers engageant leur avenir, ou lorsqu'un litige les oppose à un tiers.

Pour ces raisons, mais aussi parce que la confiance doit être au centre de la relation entre l’avocat et son client, je m’attache à être pour disponible et réactive pour mes clients, à les informer et les conseiller à tous les stades de la procédure et à déterminer avec eux en toute transparence, les conditions  et modalités de ma rémunéraiton.

 

Disponibilité et réactivité

Bien que l’avocat soit souvent à l'extérieur (audiences, démarches, expertises), il est fondamental pour le client de pouvoir le joindre facilement.

Je me suis organisée pour répondre dans les meilleurs délais c'est-à-dire le plus souvent dans la journée aux demandes qui me sont adressées dans la mesure du possible par e.mail (évidemment sauf difficulté particulière ou lorsqu'une étude approfondie s'impose).

Je veille à accomplir avec diligence les actes nécessaires à la gestion optimale du dossier et à rédiger les courriers justifiés par les circonstances.

 

Communication

L’avocat agit toujours au nom, pour le compte et dans l’intérêt de son client.

Je veille à informer mes clients des stratégies envisagées, des démarches effectuées, des calendriers de procédure fixés par les tribunaux, et à les rendre destinataires de mes écritures (courriers, actes de procédures…).

 

Conseil - accord amiable

Avant d'engager une procédure longue, je veille, lorsque mon client le souhaite et lorsque cela peut être envisagé, à rechercher un accord amiable.

Ma formation et ma pratique de la médiation, de la négociation et de la procédure participative  m'ont sensibilisée aux techniques de communication propres à favoriser l'émergence d'un accord, avant, pendant et parfois après le procès.

 

Transparence

L’honoraire de l’avocat doit être la juste contrepartie de sa prestation de service et de du résultat de ses diligences.

Le mode de rémunération approprié à chaque dossier fait l’objet d’une convention correspondant à la nature des diligences à accomplir.